Ma chère librairie

Blog
Typography

Longtemps, je vous ai ignorée.

Nous pas parce que je me détournais de vous, mais parce ce que je ne vous connaissais pas. Fraichement débarqué de la capitale, je ne fréquentais alors que les grandes enseignes à quatre lettres qui proposent un choix inépuisable. Avec le recul, je m'en veux. Comment ai-je pu vous négliger ainsi?

 Je me souviens de la première fois où j'ai entendu parler de vous. Un ami vous avait commandé un livre d'art. Un livre d'art. Quelle idée! Pourquoi le commander ainsi quand on pouvait le trouver facilement dans les rayons d'une grande enseigne ou sur Internet? Intrigué, je suis pourtant allé voir cette fameuse librairie, sans oser entrer, par peur du ridicule. Des livres d'auteurs inconnus s'étalaient dans les vitrines. Intimidé, je me contentais de les contempler. DSC 62673838

Un jour, poussé par je sais pas quel vent, j'ai ouvert votre porte. La promiscuité m'a tout d'abord frappé. Ici, pas de grandes allées le long desquelles s'alignent des milliers d'ouvrages aux couvertures criardes. Pas de vendeur blasé en uniforme terne. Pas de musique abrutissante. Chez vous, tout est différent. Les livres attendent le lecteur. Une petite note guide parfois son choix. Un avis. Les allées sont étroites. L'ambiance est feutrée. Et le choix est riche. Les best-sellers (quels mots vulgaires) cèdent la place à d'irrésistible raretés. Les lecteurs furètent, se croisent. Certains demandent un conseil. Je n'ai pas encore osé vous importuner de la sorte. Par peur de déranger. Je me laisse guider par le hasard, par le flair. Un jour, peut-être, j'oserai.

En attendant, je continuerai à lire vos notes, à errer entre les rayonnages, à profiter de l'ambiance.

A bientôt, pour une prochaine visite.